Rechercher
  • Humanity For The World

Sauvetage de bébés tortue - Martinique

Dernière mise à jour : 18 oct. 2020


Le 26 août 2020, l'équipe d'Humanity for The world (HFTW) a porté assistance à une soixantaine de bébés tortues désorientées, en route vers la voie publique et l'intérieur de maisons à proximité de la plage qui les a vues naître.


L'érosion des bordures du littoral de la Martinique a rapproché les habitations des lieux de ponte des tortues. Lorsque l'éclosion a lieu en pleine journée, il n'y a pas de problème car les bébés sont instinctivement appelés vers la mer.


La problématique se pose quand l'éclosion a lieu la nuit, les bébés ont tendance à rechercher la lumière, et à se diriger, vers les routes, les maisons qui arborent des lumières artificielles.


Malheureusement dans ce cas, seule la mort les attend, car aux prédateurs naturels ( souvent les crabes, les manikous, les mangoustes... etc.) se rajoutent les voitures, l'incivilité humaine.


Si vous êtes un jour confronté à une situation similaire, et que vous retrouvez des bébés tortues ou des tortues adultes, vivante ou mortes, hors de leur environnement naturel contactez immédiatement de toute urgence le réseau des tortues Marines de Martinique (RETOM) : +596 696 234 235


Le 26 août 2020, les équipes d'Humanity for The World (HFTW) ont intercepté plus de 60 bébés tortues à l'intérieur d'habitations, et sur la voie publique pour les ramener vers la plage (leur lieu de naissance) mais pas n'importe comment.

En effet, il est important que les bébés gardent en mémoire le lieu de naissance pour qu'ils soient en mesure de revenir sur cette même plage à l'âge adulte et ainsi renouveler le cycle de ponte. Pour ce faire il est impératif de poser les bébés, sur la plage, non loin de la mer et de les guider vers l'eau, à l'aide d'une lampe de poche.


C'est ainsi que cette nuit du 26 août 2020, une soixantaine de bébés tortues ont repris le chemin de la mer vers leur destin. Quand on sait que sur 1000 bébés, 1 seule parviens à l'âge adulte, nous espérons que certaines survivront et reviendront pondre sur la plage.



17 vues0 commentaire